Feed aggregator | Lareau

L’assurance d’un vignoble, un plus à l’assurance agricole

Nos conseils - Wed, 09/20/2017 - 14:41

Depuis une trentaine d’années, le Québec a vu se développer des vignobles dans plusieurs de ses régions.  On en retrouve sur l’Ile d’Orléans, qui se nommait d’ailleurs autrefois l’Isle de Bacchus, en Estrie et même sur la Rive-Nord de Montréal.  Une recherche rapide nous permet de découvrir quelques itinéraires intéressants à suivre pour visiter les vignerons et découvrir toute leur gamme de produits.  À l’automne, plusieurs d’entre eux donnent accès à leurs vignes pour prendre part aux vendanges.  C’est une belle occasion d’en apprendre davantage sur les pratiques du milieu.

Au fil des années, l’équipement s’est spécialisé, le climat s’est réchauffé de quelques degrés et les vignerons ont raffiné leurs techniques afin de nous offrir des produits de qualité et de plus en plus diversifiés.   Tout comme dans le milieu des microbrasseries, il existe un réseau d’entraide entre ces derniers qui leur permet d’élever leur art d’une cuvée à l’autre.

Comme toute activité de culture, celle de la vigne apporte aussi son lot de risques notamment le gel, la grêle, les insectes, les oiseaux, les champignons, les maladies, les vandales, et même, le choc de véhicules, pour ne nommer que ceux-ci.  Les vignerons déploient énormément d’énergie à mener une vigne à maturité. Heureusement, ils disposent de plus en plus de moyens pour gérer les divers risques: machines à vent, études des sols, filet, toiles, pulvérisateurs électrostatiques… et c’est tant mieux, puisque les assureurs au Québec, contrairement à leurs voisins européens, fournissent peu ou pas de couverture pour la vigne en soi.

L’assurance d’un vignoble

Mais qu’en sont-ils des autres produits d’assurance disponibles?  Il est vrai que l’assurance d’un vignoble s’apparente beaucoup à celle d’une entreprise agricole et plusieurs producteurs sont ainsi couverts.  Le contrat type couvrira les bâtiments, le bris des équipements, les divers équipements d’entrepreneurs (tracteurs, table de coupe, etc.), le matériel nécessaire à la production (cuves, tonneaux, bouteilles), la responsabilité civile et, pour les plus prévoyants, il contiendra aussi une protection pour la perte de bénéfices et l’inventaire.

Les opérations d’un vignoble se différencient toutefois sur les points suivants:

  • Le produit récolté (le raisin et son jus) prendra de la valeur au fur et à mesure de sa transformation. Il est donc important de le couvrir différemment qu’un produit de ferme.
  • Plusieurs sites offrent aussi des services de réception, de traiteurs ou de restauration. C’est donc une activité qu’il faut assurer adéquatement.
  • Selon le nombre de bouteilles produites, la vente se fera principalement au vignoble plutôt que seulement dans des marchés ou à la SAQ, ce qui augmentera l’achalandage du public sur les lieux.
Qu’est-ce que votre courtier Lareau peut vous offrir de plus avantageux afin de cibler les besoins spécifiques de votre vignoble?
  • L’assurance de vos produits selon la clause relative au prix de vente
  • Une couverture mondiale en responsabilité civile
  • Une protection pour le rappel de produits (par exemple pour des cas de contamination ou des erreurs d’étiquetage)
  • Une limite d’assurance disponible pour le risque de contamination de vos produits
  • La protection de la perte indirecte de vos produits suite à un bris d’équipement incluant les machines de production
  • Une assurance du risque cyber
  • Une assurance des frais juridiques
  • Une protection de pollution, lorsqu’un tiers est impliqué, mais aussi des frais de dépollution de vos lieux
  • La possibilité d’une assurance de la responsabilité civile étendue à l’entreposage et aux biens des visiteurs

Lareau s’implique au cœur des activités du monde vinicole. Nous sommes d’ailleurs membres de l’AVQ.  Pour en apprendre davantage sur nos produits ou si vous voulez une analyse plus approfondie et personnalisée de vos besoins d’assurance, n’hésitez pas à nous contacter, nous nous ferons un plaisir de vous aider.

Cet article L’assurance d’un vignoble, un plus à l’assurance agricole est apparu en premier sur Blogue Lareau.

Home insurance: are you well insured?

Consulting - Mon, 08/28/2017 - 07:37

Whether you are a renter, a co-owner or an owner, getting home insurance is a must. When you are a renter, it’s up to you to establish the required amount to cover all your belongings. Don’t be tempted to think that you don’t own much and that all you need is the minimum amount of coverage.

Today, I will be presenting the real numbers to you, those from a tenant’s insurance policy of renters who lost everything in a fire.

On a cold winter evening, a family with two kids found themselves on the streets after an electrical fire erupted in the old apartment building where they lived. As luck would have it, they were insured! However, the bad news was that their insurance limit to cover their content was insufficient! Too often, when requesting a quote for tenant’s insurance, clients think that $10,000 is more than enough coverage! But unless minimally, a $10,000 limit for content is quite low. Even if you live alone!

These clients who lost everything in the fire had close to $40,000 of insurable property, but the limit on their contract was a little under $30,000. Here’s an overview of their contents list: furniture, TV, appliances, vacuum, blinds, bedding and drapes, toaster, shaver, mattress, towels, brooms, coffee machine, pots and pans, clothes, animals, sporting and camping equipment, tableware, Xbox, DVD player and many DVDs, food, toys, jewelry, cosmetics… The list goes on and on, but it’s nothing outrageous either. One can presumably say that most dwellings contain the same contents.

To give you a better idea of what $40,000 worth of property represents, here are some figures of the final tally:  

  • Furnishings (living room/kitchen/rooms): $7,000
  • Electronics and appliances $7,000
  • Other furniture: $4,000
  • Food:  $500
  • Clothes: $8,000
  • Decorative items: $1,500
  • Other items (sports, activities, jewelry, cosmetics, etc.): $7,000
  • Kitchen items (cooking and tableware) $1,500
  • Pets: $1,000
  • Tools: $1,000

Try the same exercise at home, make up a list adding one item at a time, and you’ll be surprised by the final amount.

Moreover, did you know that when you are the victim of a loss, you also receive a living expense indemnity? This means that the additional amount that it costs you for accommodation, meals, transportation and entertainment while you are relocated up to the limit indicated in your contract.

To make sure you don’t forget anything when you are calculating the value of your property, we have prepared a document that will help you make an itemized checklist of what you are likely to have. All you need to do is calculate the value of each item. Do not hesitate to ask your broker to send you this document! It will also help you establish the limit you need for property insurance when purchasing home insurance.

Your Lareau broker can provide you with a quote in a few short minutes. The premiums for tenant’s insurance is between $15 and $30 monthly. This is small amount to pay in comparison to the value of what you may lose in the event of a fire if you don’t have insurance. Bear in mind that it is never too late to get your first home insurance!

The post Home insurance: are you well insured? appeared first on Lareau Blog.

Assurance habitation : êtes-vous bien assuré?

Nos conseils - Mon, 08/21/2017 - 08:42

Que vous soyez locataire, copropriétaire ou propriétaire, il est tout aussi important de contracter une assurance habitation. Lorsque vous êtes locataire, c’est à vous d’établir le montant nécessaire pour couvrir vos biens. Ne soyez pas tenté de croire que vous ne possédez pas grand-chose et que vous avez besoin d’un montant d’assurance minimal.

Aujourd’hui, je vais vous présenter les vrais chiffres, ceux d’une police d’assurance locataire dont les assurés ont tout perdu par le feu.

Par une soirée froide d’hiver, une famille avec deux enfants s’est retrouvée à la rue à la suite d’un feu de nature électrique dans le vieil immeuble à logement où ils demeuraient. Par chance, ils étaient assurés! La mauvaise nouvelle, par contre, est que la limite à leur contrat pour couvrir leur contenu était insuffisante! Trop souvent, lors de soumissions en assurance locataire, les clients pensent que 10 000 $ de couverture est amplement suffisant! Mais à moins de vivre de simplicité volontaire, 10 000 $ de contenu, c’est très peu. Que vous demeuriez seul ou non!

Ces clients, qui ont tout perdu lors de l’incendie, avaient pour près de 40 000 $ de biens assurables, mais la limite à leur contrat était d’un peu moins de 30 000 $. Voici un aperçu de ce qu’on retrouvait parmi leur liste de contenu : meubles, téléviseur, électroménagers, aspirateur, rideaux , literies et draperies, grille-pain, rasoir, matelas ,serviettes, balais, machine à café, batterie de cuisine, vêtements, animaux, articles de sport, articles de camping, vaisselle , Xbox, lecteur DVD et de nombreux DVD, nourriture, jouets, bijoux, produits cosmétiques… Bref, beaucoup de choses, mais rien d’extravagant non plus. On peut sans doute affirmer que la plupart des logements sont fournis de la même façon.

Pour vous aider à évaluer ce que représentait ce  40 000 $ de biens, voici quelques chiffres de la facture finale :

  • Ameublement (Salon/Cuisine/Chambres) : 7000 $
  • Électronique et électroménagers : 7000 $
  • Meubles divers : 4000 $
  • Nourriture :  500 $
  • Vêtements : 8000 $
  • Articles de décoration : 1500 $
  • Articles divers (sport, loisirs, bijoux, cosmétiques, etc.) : 7000 $
  • Articles de cuisine (cuisson et vaisselle) : 1500 $
  • Animaux de compagnie : 1000 $
  • Outils : 1000 $

Faites l’exercice à la maison, faites un décompte rapide, pièce par pièce, et vous resterez surpris du montant de la facture qui s’accumule.

Par ailleurs, saviez-vous que lorsque vous êtes victime d’un sinistre, vous êtes également dédommagé pour vos frais de subsistance? C’est-à-dire vos débours supplémentaires pour l’hébergement, les frais de repas, les frais de déplacement et les frais de divertissement durant votre relocalisation, jusqu’à la limite stipulée au contrat.

Pour vous aider à ne rien oublier lorsque vous ferez le décompte de vos biens, nous avons mis sur pied un document qui vous aide à dresser un aide-mémoire, pièce par pièce, des items susceptibles de s’y retrouver. Il ne vous restera qu’à calculer la valeur de chacun des items. N’hésitez pas à demander à votre courtier de vous faire parvenir le document! Il vous aidera également à établir la limite en biens meubles dont vous avez besoin sur votre contrat d’assurance habitation.

Votre courtier Lareau peut vous offrira une soumission en seulement quelques minutes. Les primes en assurance locataire sont d’environ 15  à  30 $ par mois. Ceci est bien peu en comparaison à ce que vous pourriez perdre en cas d’incendie si vous n’avez pas contracté d’assurance locataire. N’oubliez pas, il  n’est jamais trop tard pour souscrire votre première assurance habitation!

Cet article Assurance habitation : êtes-vous bien assuré? est apparu en premier sur Blogue Lareau.

Registering your new “right-hand drive” vehicle: impossible in Quebec!

Consulting - Tue, 08/08/2017 - 09:56

In my last blog, I explained why it’s so difficult to insure a “right-had drive” vehicle, commonly called RHD (Right Hand Drive). However, did you know that since 2009, registering new RHD vehicles is forbidden in Quebec?

Don’t worry! New cars of this type can’t be imported but those that are already on the Quebec territory can continue to circulate, except under certain conditions. Following this interdiction, RHD vehicles that can already be found in Quebec and that have been well maintained have increased in value and have somewhat become collectibles. It is therefore strongly recommended that these cars be evaluated for its value, which will allow the client and the insurer to agree on the maximum price to be paid in the event of a loss.

Here are the right-hand drive vehicles that are allowed to circulate in Quebec:
  • Vehicle registered outside of Quebec (that are “visiting” in Quebec)
  • Vehicle built 25 years ago or more before the network access request date
  • Vehicle purchased before April 29, 2009, and registered before March 31, 2011
  • Heavy vehicle (must meet certain criteria)
  • Utility vehicle (must meet certain criteria) and vehicle called to make repetitive stops along a road to perform a public service
  • Vehicle belonging to a driving school
Who are the RHD vehicle fans?

This type of vehicle primarily attracts men under the age of 35 who are seeking a high-performance, reliable and affordable car. The engine of these types of cars are often very powerful and can, with some modifications, be mechanically enhanced substantially.

Do we insure this type of vehicle?

Even though it can be difficult to insure this type of vehicle, your Lareau broker has been a leader in RHD insurance. An exclusive program has been created for this type of car to make your life easier. Do not hesitate to contact one of our experts on this matter or to obtain a quote for your car before you hit the road!

The post Registering your new “right-hand drive” vehicle: impossible in Quebec! appeared first on Lareau Blog.

Right-hand drive vehicles: are you having trouble finding an insurer?

Consulting - Tue, 08/08/2017 - 09:52

Nissan Skyline, Toyota Supra, Mazda RX7… You’ve been shopping for this new ride for a few months already, you meticulously go over the classifieds searching for the real gem, you’ve already even found the space to store it this winter. You’re ready!

So, you decide to call your insurer but, to your great surprise, he tells you that this type of vehicle can’t be insured. You ask yourself this question — but why?

Why do most insurance companies not offer insurance for this type of vehicle? To understand the full picture, let’s start by explaining the basics.

First of all, what is a Mazda RX7?

A right-hand drive vehicle or RHD (Right Hand Drive) is a car that was imported from another country, most often from a country colonized by the British who, like approximately a quarter of the world’s population, drive on the left-hand side of the road, which means the steering wheel is on the right-hand side.

Here, in Quebec, we drive on the right-hand side of the road and the wheel is located to the left of the car, which means that our roads and driving laws are adapted to our way of driving.

Significant increased risks…

A study carried out by the SAAQ on accidents that happened in 2007 and 2008 revealed that ride-hand drive vehicles were involved in 30% more accidents than vehicles with a steering wheel on the opposite side. In the eyes insurers, this is a significant risk factor.

This can be explained by the fact that RHD vehicles are not adapted for the Quebec roadway system.

A maneuver as simple as a passing can become problematic: You are on a two-way road and you are about to pass a car. From your driver’s side vantage point, you are generally able to see what is in front of the car ahead of you. However, this is not the case if you are sitting to the right side of the car, which drastically increases the risk of an accident.

This situation is so problematic in a RHD vehicle that a special rear view mirror exists to correct such obstruction. It’s called a double mirror. One mirror points towards the front of the vehicle whereas the other points towards the inside. It mimics the principle of a periscope since the reflected image allows the driver to see if a car is approaching from the opposite direction. The rear view mirror is installed on the windshield inside the car above the dashboard, in the left corner. Its use is similar to the outside rear view mirrors on the doors. Their dimensions are fairly small, which means that they don’t block the driver’s field of vision.

In short, the different characteristics of these vehicles as well as the added risks that they pose can make finding an insurer for your right-hand drive vehicle more complex. It’s precisely for this reason that Lareau has decided to develop an exclusive program for this type of vehicle.

Do not hesitate to contact us for more information.

The post Right-hand drive vehicles: are you having trouble finding an insurer? appeared first on Lareau Blog.

Immatriculation d’un nouveau véhicule «conduite à droite»

Nos conseils - Tue, 08/08/2017 - 09:40

Lors de mon dernier blogue, je vous ai expliqué pourquoi il est si difficile d’assurer un véhicule « conduite à droite », communément appelé RHD (Right Hand Drive). Toutefois, saviez-vous que depuis 2009, l’immatriculation de nouveaux véhicules RHD est interdite au Québec ?

Ne vous inquiétez pas ! On ne peut plus en importer de nouveaux, mais ceux qui sont déjà sur le territoire québécois peuvent continuer de circuler, sauf dans le cas de certaines exceptions. Suite à cette interdiction, les véhicules RHD se trouvant déjà au Québec et bien entretenus ont gagné beaucoup de valeur avec les années et sont devenus, en quelque sorte, des véhicules de collection. Il est donc fortement recommandé de faire évaluer leur valeur marchande, ce qui permettra au client et à l’assureur de s’entendre sur un plafond de prix payable en cas de perte.

Voici les véhicules munis d’un volant à droite ayant exceptionnellement le droit de circuler au Québec :
  • Véhicule immatriculé à l’extérieur du Québec (en « visite » au Québec)
  • hicule construit 25 ans ou plus avant la date de la demande d’accès au réseau
  • hicule acheté avant le 29 avril 2009 et immatriculé avant le 31 mars 2011
  • hicule lourd ( doivent respecter certains critères)
  • Véhicule-outil ( doivent respecter certains critères) et véhicule appelé à faire des arrêts répétitifs le long d’un chemin pour un travail qui vise un service public
  • hicule appartenant à une école de conduite
Qui sont les amateurs de véhicules RHD ?

Ce type de véhicules attire majoritairement les hommes de moins de 35 ans à la recherche d’une voiture performante, fiable et abordable. Les moteurs de cette catégorie de véhicules sont souvent très performants et peuvent, avec peu de modifications, augmenter leur puissance mécanique de façon considérable.

Nous assurons ce type de véhicule !

Même s’il est assez difficile d’assurer ce type de véhicule, votre courtier Lareau est depuis toujours un leader dans l’assurance des RHD. En effet, l’entreprise a mis sur pied un programme exclusif pour ce type de véhicule afin de vous faciliter la vie. N’hésitez pas à contacter l’un de nos experts pour toutes questions ou pour effectuer une soumission pour votre véhicule avant de prendre la route !

Cet article Immatriculation d’un nouveau véhicule «conduite à droite» est apparu en premier sur Blogue Lareau.

Les véhicules «conduite à droite» : avez-vous de la difficulté à vous assurer?

Nos conseils - Mon, 07/31/2017 - 12:15

Nissan Skyline, Toyota Supra, Mazda RX7… Vous magasinez depuis plusieurs mois déjà ce nouveau bolide, vous parcourez avec minutie les sites de petites annonces à la recherche de la perle rare, vous avez même déjà l’endroit pour l’entreposer cet hiver; vous êtes prêt!

Vous décidez donc de téléphoner à votre assureur, mais à votre grande surprise, il vous répond qu’il ne peut pas vous offrir d’assurance pour ce type de véhicule. Une question vous vient à l’esprit: mais pourquoi ?

Pourquoi la majorité des compagnies d’assurances n’assurent-elles pas ce type de véhicule? Afin de comprendre, il faut commencer par la base.

Tout d’abord qu’est-ce qu’un véhicule conduite à droite?

Un véhicule conduite à droite ou RHD (Right Hand Drive) est un véhicule importé d’un autre pays, la plupart colonisés par les Britanniques qui, eux, tout comme environ le quart de la population mondiale, conduisent à gauche de la route, le volant de la voiture étant donc placé à droite.

Ici, au Québec nous conduisons à droite de la route, le volant placé à gauche de la voiture, ce qui implique que nos routes et nos règles de conduite sont adaptées à notre conduite.

Des risques supplémentaires non négligeables…

Une étude réalisée par la SAAQ et portant sur les accidents survenus en 2007 et en 2008 a démontré que les véhicules munis d’un volant à droite ont été impliqués dans 30 % plus d’accidents que les véhicules comparables, dont le volant est à gauche. Aux yeux des assureurs, il s’agit d’un facteur de risque non négligeable.

Cela peut être en partie expliqué par le fait que les véhicules RHD ne sont pas adaptés pour le système routier du Québec.

Une situation aussi banale qu’un dépassement peut devenir problématique: Vous êtes sur une route à double sens, et vous êtes sur le point d’effectuer un dépassement. De votre siège conducteur, vous êtes généralement en mesure de voir ce qui se trouve à l’avant du véhicule qui vous précède. Par contre, ce n’est pas le cas si vous êtes assis à droite de la voiture, ce qui augmente considérablement le risque d’accident.

Cette situation est d’ailleurs si problématique dans un véhicule RHD qu’il existe un rétroviseur permettant corriger la situation. Il s’agit en fait d’un miroir double. Un des miroirs pointe vers l’avant du véhicule, alors que l’autre pointe vers l’intérieur. Le principe étant basé sur l’effet périscope, l’image réfléchie permet de voir si un véhicule vient à contresens. Le rétroviseur est installé sur le pare-brise à l’intérieur de la voiture, au-dessus du tableau de bord, dans le coin gauche. Son utilisation peut être comparée aux rétroviseurs extérieurs sur les portières. Les dimensions du rétroviseur étant plutôt petites, ce dernier ne bloque donc pas le champ de vision du conducteur.

En résumé, les caractéristiques différentes de ces véhicules ainsi que les risques supplémentaires qu’elles engendrent peuvent vous rendre la tâche plus complexe lorsque vous cherchez une assurance pour votre véhicule conduite à droite. C’est d’ailleurs pour cette raison que Lareau a décidé de mettre sur pied un programme exclusif pour ce type de véhicule.

N’hésitez pas à me contacter pour obtenir davantage d’informations!

 

 

Cet article Les véhicules «conduite à droite» : avez-vous de la difficulté à vous assurer? est apparu en premier sur Blogue Lareau.

Dairy farming, not just about milk you buy in store!

Consulting - Wed, 07/26/2017 - 11:29

The side of dairy farming people may or may not know about. Milk production in Canada is a very important industry for our economy. However, it’s not just about milking cows and making cheese. Each time I speak about it people are amazed by how much more there is to dairy farming.

There is actually a whole business side to dairy farming. Can anyone guess the value of the highest cow ever bought at an auction? After researching myself, the highest I found was 1.2 million dollars. Why would anyone ever pay 1.2 million dollars for a cow? I can tell you right now it is not just because she gives a lot of milk.

I grew up on a dairy farm. Kellcrest Farms ltd., a small family farm just outside of Howick QC.  At the time, I never thought twice about where our income was coming from. Yes most of it was from selling our milk, but there was a lot that came from the other side of farming.

Genetics

Genetics, also the reason why someone would pay 1.2 million dollars for a cow. They invested in the pedigree. They knew they would be able to get their money back in selling embryos, selling the female offspring’s for reproduction, and selling the male offspring’s to companies like SEMEX for them to withdraw semen and then sell it all over the world.

I was able to witness this side of dairy farming first hand. I was fortunate to have grown up on one of the most known Ayrshire farms in the world. Winner of the Master Breeder award in 1986, 1996, and 2006. You can only win this award every 10 years. Along with uncountable milk production awards, cow show trophies, in 2009, Ayrshire Canada started a cow of the year award. It was the voted on by the Ayrshire farmers of Canada. One of our own won this award. Since Canada has the highest genetics for Ayrshire’s in the whole world. You can imagine how much of an honor this was.

Kellcrest Farms ltd

Because of all these accomplishments, we were not just selling milk. We were selling embryos all over the world to countries like Sweden, Finland, New Zealand, Columbia and many other countries. Ayrshire farmers all over the world were buying our embryos to try and improve their farms with genetics from our farm. We have sold many bulls to companies like SEMEX so they could sell semen from our bulls and sell that all over the world as well.

Every dairy farmer who is involved in the genetics side must understand the science behind improving their farm generation after generation. Every dairy farmer has the opportunity to improve their herd by matching the right bull with the right cow. This is one point my family was good at. They were able to pick the right bull to improve a certain bloodline and turn it into a winner.

Anyone can witness the other side of faming if you choose to. There are many Agricultural fairs during the year in pretty much every area of Quebec. I have been to many of these growing up and have always been happy to answer questions people had. You can also see all the hard work farmers do to advertise their cattle. They are not just there to try and win 1st place. They are there to sell their own genetics to other farmers. They are there to profit from the other side of farming.

The post Dairy farming, not just about milk you buy in store! appeared first on Lareau Blog.

Élevage laitier : une industrie importante au Québec!

Nos conseils - Wed, 07/26/2017 - 07:27

Il existe un aspect de l’élevage laitier que bien des gens ne connaissent pas. La production laitière au Canada est une industrie importante de notre économie allant bien au-delà de la traite des vaches et de la fabrication de fromage. Chaque fois que j’aborde le sujet, plusieurs s’étonnent de tout ce que peut comprendre l’industrie de l’élevage laitier.                                                 

L’élevage laitier comporte en effet un volet d’affaires. Selon vous, quel est le prix le plus élevé obtenu pour une vache vendue aux enchères ? Après avoir effectué quelques recherches, le prix le plus élevé que j’ai pu trouver est de 1,2 million de dollars. J’imagine que vous vous demandez pour quelle raison quelqu’un voudrait débourser 1,2 million de dollars pour une vache ? Je peux tout de suite vous dire que ce n’est pas seulement parce qu’elle donne beaucoup de lait.

J’ai grandi sur une ferme laitière, Les Fermes Kellcrest ltée, une petite entreprise familiale établie à l’orée du village d’Howick. À cette époque, je ne me demandais pas encore d’où venaient les revenus de mes parents. Bien sûr, la plus grande partie provenait de la vente du lait, mais il y en avait aussi une bonne part qui découlait d’un autre aspect de l’élevage laitier.

La génétique

La raison pour laquelle quelqu’un est prêt à payer 1,2 million de dollars pour une vache est sa génétique. L’acheteur investi dans le pedigree, car il sait qu’il récupérera son argent. Il pourra notamment le récupérer en vendant des embryons, en vendant la progéniture femelle à des fins de reproduction et en vendant la progéniture mâle à des entreprises, telle que SEMEX, qui extraient le sperme des taureaux pour l’exporter partout dans le monde.

J’ai pu observer cet aspect de l’élevage laitier de mes propres yeux. J’ai eu la chance de grandir sur l’une des fermes Ayrshire les plus réputées du monde. Nous avons remporté le titre de Maître-éleveur en 1986, en 1996 et en 2006. Il est à noter qu’on peut obtenir cette reconnaissance qu’une fois tous les dix ans. Outre les nombreux prix liés à la production laitière qu’elle décerne et les trophées qu’elle octroie lors de foires agricoles, Ayrshire Canada a remis pour la première fois en 2009 le prix de la vache de l’année. Ce sont les éleveurs Ayrshire du Canada qui choisissaient la championne. Et l’une de nos vaches est sortie victorieuse. Quand on sait que le Canada détient la meilleure génétique Ayrshire au monde, on comprend parfaitement pourquoi nous en avons retiré autant de fierté de cette compétition.

Les Fermes KellCrest Itée

Étant donné tous ces honneurs, nous ne vendions pas que du lait, mais aussi des embryons à de nombreux pays sur la planète, notamment à la Suède, la Finlande, la Nouvelle-Zélande et la Colombie. Les éleveurs Ayrshire du monde entier se procuraient nos embryons pour tenter d’améliorer leurs élevages grâce à la génétique Ayrshire provenant de notre ferme. Nous avons également vendu bon nombre de taureaux à des entreprises comme SEMEX pour qu’elles puissent exporter leur sperme partout dans le monde.

Chaque producteur laitier concerné par la génétique doit comprendre l’aspect scientifique qui la sous-tend pour améliorer son bétail d’une génération à l’autre. Chaque producteur laitier a la possibilité de bonifier son élevage en assortissant le bon taureau à la bonne vache. Et les membres de ma famille étaient très doués en cette matière. Ils étaient capables de choisir le bon taureau pour améliorer une lignée et créer un troupeau gagnant.

Il est possible de découvrir l’aspect affaires de l’élevage laitier si on le souhaite. De nombreuses foires agricoles se tiennent pendant l’année dans la plupart des régions du Québec. J’ai pris part à plusieurs d’entre elles durant ma jeunesse et j’étais toujours content de répondre aux questions des visiteurs. On peut aussi y constater tout le travail accompli par les éleveurs afin de promouvoir leur bétail. S’ils participent à une foire, ce n’est pas uniquement dans le but de remporter le premier prix, c’est aussi pour faire valoir la génétique de leur troupeau et vendre des embryons à d’autres producteurs. Ils y sont pour tirer profit de l’autre aspect de l’élevage laitier.

Cet article Élevage laitier : une industrie importante au Québec! est apparu en premier sur Blogue Lareau.

Élevage laitier : une industrie importante au Québec!

Nos conseils - Mon, 07/24/2017 - 10:51

25

Il existe un aspect de l’élevage laitier que bien des gens ne connaissent pas. La production laitière au Canada est une industrie importante de notre économie allant bien au-delà de la traite des vaches et de la fabrication de fromage. Chaque fois que j’aborde le sujet, plusieurs s’étonnent de tout ce que peut comprendre l’industrie de l’élevage laitier.

L’élevage laitier comporte en effet un volet d’affaires. Selon vous, quel est le prix le plus élevé obtenu pour une vache vendue aux enchères ? Après avoir effectué quelques recherches, le prix le plus élevé que j’ai pu trouver est de 1,2 million de dollars. J’imagine que vous vous demandez pour quelle raison quelqu’un voudrait débourser 1,2 million de dollars pour une vache ? Je peux tout de suite vous dire que ce n’est pas seulement parce qu’elle donne beaucoup de lait.

J’ai grandi sur une ferme laitière, Les Fermes Kellcrest ltée, une petite entreprise familiale établie à l’orée du village d’Howick. À cette époque, je ne me demandais pas encore d’où venaient les revenus de mes parents. Bien sûr, la plus grande partie provenait de la vente du lait, mais il y en avait aussi une bonne part qui découlait d’un autre aspect de l’élevage laitier.

La génétique

La raison pour laquelle quelqu’un est prêt à payer 1,2 million de dollars pour une vache est sa génétique. L’acheteur investi dans le pedigree, car il sait qu’il récupérera son argent. Il pourra notamment le récupérer en vendant des embryons, en vendant la progéniture femelle à des fins de reproduction et en vendant la progéniture mâle à des entreprises, telle que SEMEX, qui extraient le sperme des taureaux pour l’exporter partout dans le monde.

J’ai pu observer cet aspect de l’élevage laitier de mes propres yeux. J’ai eu la chance de grandir sur l’une des fermes Ayrshire les plus réputées du monde. Nous avons remporté le titre de Maître-éleveur en 1986, en 1996 et en 2006. Il est à noter qu’on peut obtenir cette reconnaissance qu’une fois tous les dix ans. Outre les nombreux prix liés à la production laitière qu’elle décerne et les trophées qu’elle octroie lors de foires agricoles, Ayrshire Canada a remis pour la première fois en 2009 le prix de la vache de l’année. Ce sont les éleveurs Ayrshire du Canada qui choisissaient la championne. Et l’une de nos vaches est sortie victorieuse. Quand on sait que le Canada détient la meilleure génétique Ayrshire au monde, on comprend parfaitement pourquoi nous en avons retiré autant de fierté de cette compétition.

Les Fermes KellCrest Itée

Étant donné tous ces honneurs, nous ne vendions pas que du lait, mais aussi des embryons à de nombreux pays sur la planète, notamment à la Suède, la Finlande, la Nouvelle-Zélande et la Colombie. Les éleveurs Ayrshire du monde entier se procuraient nos embryons pour tenter d’améliorer leurs élevages grâce à la génétique Ayrshire provenant de notre ferme. Nous avons également vendu bon nombre de taureaux à des entreprises comme SEMEX pour qu’elles puissent exporter leur sperme partout dans le monde.

Chaque producteur laitier concerné par la génétique doit comprendre l’aspect scientifique qui la sous-tend pour améliorer son bétail d’une génération à l’autre. Chaque producteur laitier a la possibilité de bonifier son élevage en assortissant le bon taureau à la bonne vache. Et les membres de ma famille étaient très doués en cette matière. Ils étaient capables de choisir le bon taureau pour améliorer une lignée et créer un troupeau gagnant.

Il est possible de découvrir l’aspect affaires de l’élevage laitier si on le souhaite. De nombreuses foires agricoles se tiennent pendant l’année dans la plupart des régions du Québec. J’ai pris part à plusieurs d’entre elles durant ma jeunesse et j’étais toujours content de répondre aux questions des visiteurs. On peut aussi y constater tout le travail accompli par les éleveurs afin de promouvoir leur bétail. S’ils participent à une foire, ce n’est pas uniquement dans le but de remporter le premier prix, c’est aussi pour faire valoir la génétique de leur troupeau et vendre des embryons à d’autres producteurs. Ils y sont pour tirer profit de l’autre aspect de l’élevage laitier.

Cet article Élevage laitier : une industrie importante au Québec! est apparu en premier sur Blogue Lareau.

The list of most stolen cars

Consulting - Mon, 07/24/2017 - 08:49

This summer’s gloomy weather has indeed ruined the vacation of many Quebecers. In fact, the American tourism industry has seen a noticeable increase in the number of Quebecers who have chosen Maine and New Jersey as vacation destinations this summer, and this is despite the low Canadian dollar, the election of Donald Trump and the festivities surrounding the 375th anniversary of Montreal and the 150th anniversary of Canada.

Are you part of those vacationers who will be leaving towards American soil? If so, you would be interested in the National Insurance Crime Bureau (NICB) that has just been released. As every year, the NICB compiles a list of the top 10 most stolen cars in the United States. For the record, this list does not change much from one year to the next and the same most stolen cars reappear. For the fourth straight year, the Honda Accord has taken the number one spot.

Below is the list of the 10 most stolen vehicles in the United States in 2016:

10th position: Jeep Cherokee/Grand Cherokee

Number of cars stolen: 9245

Most sought after year: 2000

9th position: Chevrolet Impala

Number of cars stolen: 9749

Most sought after year: 2008

8th position: Toyota Corolla

Number of cars stolen: 11,989

Most sought after year: 2015

7th position: Ram and Dodge Ram

Number of cars stolen: 12,128

Most sought after year: 2001

6th position: Nissan Altima

Number of cars stolen: 12,221

Most sought after year: 2015

5th position: Toyota Camry

Number of cars stolen: 16,732

Most sought after year: 2016

4th position: Chevrolet Silverado

Number of cars stolen: 31,238

Most sought after year: 2004

3rd position: Ford F-Series

Number of cars stolen: 32,721

Most sought after year: 2006

2nd position: Honda Civic

Number of cars stolen: 49,547

Most sought after year: 1998

1st position: Honda Accord

Number of cars stolen: 50,427

Most sought after year: 19973

Be aware that thieves in the States don’t have the same taste as the ones in Quebec. Therefore, the top 10 list of our American neighbours doesn’t quite look the same as the one here. As published by the Insurance Bureau of Canada at the beginning of the year, the most stolen vehicles here are:

  • Toyota 4Runner 2015
  • Toyota 4Runner 2014
  • Lexus RX350 2013
  • Lexus RX350 2015
  • Toyota FJ Cruiser 2011
  • Infiniti QX60 2015
  • BMW 335xi 2008
  • Toyota 4Runner 2013
  • Lexus RX350 2014
  • Lexus IS 300 2002

The post The list of most stolen cars appeared first on Lareau Blog.

Palmarès des véhicules les plus volés

Nos conseils - Mon, 07/17/2017 - 11:42

C’est le cas de le dire : la température maussade de cet été a fait tomber les vacances de plusieurs Québécois à l’eau. D’ailleurs, l’Industrie touristique américaine a observé une augmentation considérable du nombre de Québécois qui ont choisi le Maine et le New Jersey comme destination vacance pour cet été, et ce, malgré la faiblesse du dollar canadien, l’élection de Donald Trump ainsi que les festivités du 375e de Montréal et du 150e anniversaire du Canada.

Ainsi, peut-être faites-vous partie des vacanciers qui plient bagage vers les contrées américaines? Si tel est le cas, vous serez intéressés par l’étude du National Insurance Crime Bureau qui vient tout juste de sortir. Comme chaque année, le NICB établit un palmarès des 10 véhicules les plus volés aux États-Unis. À noter, ce top 10 ne varie pas beaucoup d’une année à l’autre et l’on retrouve souvent les mêmes automobiles volées. Pour une quatrième année consécutive, la Honda Accord se positionne au sommet du palmarès.

Voici donc les 10 véhicules les plus volés en 2016 aux États-Unis :

10e position : Jeep Cherokee/Grand Cherokee

Nombre de voitures volées : 9245

Année la plus recherchée : 2000

9e position : Chevrolet Impala

Nombre de voitures volées : 9749

Année la plus recherchée : 2008

8e position : Toyota Corolla

Nombre de voitures volées  : 11 989

Année la plus recherchée : 2015

7e position : Ram et Dodge Ram

Nombre de voitures volées  : 12 128

Année la plus recherchée : 2001

6e position : Nissan Altima

Nombre de voitures volées  : 12 221

Année la plus recherchée : 2015

5e position : Toyota Camry

Nombre de voitures volées  : 16 732

Année la plus recherchée : 2016

4e position : Chevrolet Silverado

Nombre de voitures volées  : 31 238

Année la plus recherchée : 2004

3e position : Ford Série F

Nombre de voitures volées  : 32 721

Année la plus recherchée : 2006

2e position : Honda Civic

Nombre de voitures volées : 49 547

Année la plus recherchée : 1998

1e position : Honda Accord

Nombre de voitures volées  : 50 427

Année la plus recherchée : 1997

Sachez que les voleurs des États-Unis n’ont pas les mêmes goûts que ceux du Québec. Ainsi, le palmarès de nos voisins ne ressemble pas du tout à celui du Québec. Comme l’avait publié en début d’année le Bureau de l’assurance du Canada, les véhicules les plus volés chez nous sont ceux-ci :

  • Toyota 4Runner 2015
  • Toyota 4Runner 2014
  • Lexus RX350 2013
  • Lexus RX350 2015
  • Toyota FJ Cruiser 2011
  • Infiniti QX60 2015
  • BMW 335xi 2008
  • Toyota 4Runner 2013
  • Lexus RX350 2014
  • Lexus IS 300 2002

Cet article Palmarès des véhicules les plus volés est apparu en premier sur Blogue Lareau.

Phone scams: don’t fall for them!

Consulting - Mon, 07/10/2017 - 15:53

Have you been getting phone calls lately from unknown numbers or unusual places? There’s a new, quickly spreading phone scam that’s been very costly for victims. The scam is known as Wangiri, which is Japanese for “ring tone.” If you’ve had a call from 678-559-4636 in Vanuatu, you’ve probably been targeted by scammers. They call and let the phone ring once or twice and hang up. If you’re at all curious about whose call you missed, you may be tempted to dial the number. If you do, you are charged huge rates for every minute you spend on the call. Naturally, the scammer tries by all means to keep you on the line for as long as possible.

What to do about this phone scam

Above all, don’t call back! If you’ve already done so, immediately contact your telephone service provider and explain the situation. They’ll be able to advise you. Your phone company can block calls from scammers and notify the appropriate authorities. If you believe you’ve been the victim of scam, feel free to contact the Canadian Anti-Fraud Centre.

Phone scams have been around for many years. Over time, we’ve noticed that they occur in waves, so the best way to protect yourself is to spread the word and stay informed. Naturally, we don’t want to live in constant fear. Instead, our goal is to be more alert so as not to fall for scams!

The post Phone scams: don’t fall for them! appeared first on Lareau Blog.

Appels frauduleux : Ne vous faites pas prendre !

Nos conseils - Mon, 07/10/2017 - 12:50

Avez-vous reçu des appels de numéros inconnus et de provenance inhabituelle récemment? Une nouvelle vague de fraude téléphonique se propage rapidement et coûte très cher aux victimes. Cette dernière se nomme Wangiri, qui signifie sonnerie en japonais. Si un appel au numéro 678-559-4636 provenant de Vanuatu vous dit quelque chose, c’est que vous avez probablement été la cible d’arnaqueurs. En effet, ces derniers font sonner le téléphone de leurs victimes une ou deux fois, puis raccrochent. N’importe qui avec plus d’une once de curiosité rappellera le numéro et se verra facturer de façon exponentielle chaque minute qu’il a passée au téléphone avec l’interlocuteur. Évidemment, celui-ci tente de toutes les façons de vous garder le plus longtemps possible en ligne.

Comment réagir à cette fraude?

Surtout, ne rappelez pas! Et si c’est déjà fait, contactez immédiatement votre fournisseur de service téléphonique et expliquez-lui la situation, il pourra vous conseiller. En fait, votre fournisseur pourra bloquer ces appels frauduleux et aviser les autorités concernées. Si vous vous rendez compte qu’il est déjà trop tard, n’hésitez pas à contacter le Centre antifraude du Canada.

Les fraudes téléphoniques existent depuis plusieurs années. Avec le temps, nous avons remarqué que celles-ci arrivaient par vague, et donc, que le meilleur moyen de ne pas se faire prendre est de répandre la nouvelle et de bien s’informer. Bien sûr, le but n’est pas de vivre dans la peur, mais bien de devenir plus vigilant afin de ne pas tomber dans le panneau!

Cet article Appels frauduleux : Ne vous faites pas prendre ! est apparu en premier sur Blogue Lareau.

Protect your business from cyberattacks!

Consulting - Fri, 07/07/2017 - 12:19

 

Recently, malware of a type known as “ransomware” has been spreading quickly. As you may know, two examples of ransomware, “Petya” and “WannaCry,” have caused serious problems all over the world!

What is ransomware?

This type of malware primarily targets businesses. It gets into computers and blocks access to the victims’ data by encrypting them. Hackers then request payment to decrypt the files and allow the victims to access their computer system once again. However, even if the ransom is paid, there is no guarantee that the victims’ access to all of their computer files will be restored.

A few tips to prevent worst-case scenarios!

We know that you dedicate enormous time and effort to building your business. We also know that the data on your computer system, including customer, supplier, product, and financial information, are critical to your operations and success. That is why we have prepared a list of precautions designed to minimize your business’s vulnerability to cyberattacks.

  1. Update your software and Windows operating system (Windows XP, Windows 7 or Windows 10, for example) on all of your workstations;
  1. Be sure to use an up-to-date anti-virus software program. Also be sure to run virus scans regularly to detect and remove potential malware;
  1. Be alert and do not open e-mail from unknown sources. Most ransomware gets into computers through attachments to phishing e-mails or through hyperlinks;
  2. Save your critical files on a back-up storage device on a regular basis. This is the only sure way to recover your data fully in the event of a cyberattack;
  3. Ask your broker to add Cyber risk protection to your business insurance contract to protect yourself against hacking and cyber-extortion.

Be alert! Don’t let this happen to you!

If you have any questions, please feel free to contact your broker!

The post Protect your business from cyberattacks! appeared first on Lareau Blog.

Protégez votre entreprise des cyberattaques!

Nos conseils - Fri, 07/07/2017 - 11:57

 

Depuis quelque temps, les logiciels malveillants de type « rançongiciel » se propagent à une vitesse fulgurante. Vous avez sans doute entendu parler de « Petya » et « WannaCry », deux rançongiciels qui font des ravages partout à travers la planète!

Qu’est-ce que les rançongiciels?

S’attaquant principalement aux entreprises, ce type de programme malveillant s’infiltre dans les ordinateurs, les verrouille et empêche les victimes d’y accéder en cryptant tous leurs fichiers numériques. Un cyberpirate demande ensuite à sa victime de payer une somme pour faire déverrouiller ses fichiers et lui permettre d’accéder de nouveau au système. Toutefois, même si la rançon est payée, rien ne garantit que la victime ait accès à nouveau à toutes ses données.

Quelques conseils de prévention afin de vous éviter le pire!

Nous savons que bâtir votre entreprise vous a demandé énormément de temps et de travail, et que les données sauvegardées dans vos ordinateurs sont extrêmement importantes. Ce sont, notamment, des informations sur vos clients, vos fournisseurs,  vos produits et vos finances. Nous vous avons donc préparé une liste de précautions à prendre afin d’exposer le moins possible votre entreprise aux cyberattaques.

  1. Mettez à jour vos logiciels et votre système d’exploitation de Windows (Windows XP, Windows 7 ou Windows 10, par exemple), et ce, sur tous vos postes de travail;
  1. Assurez-vous d’avoir un logiciel antivirus et qu’il soit à jour et bien activé. De plus, lancez régulièrement la fonction de balayage pour déceler et retirer les programmes malveillants;
  1. Soyez vigilant et n’ouvrez pas les courriels de provenance inconnue. La plupart des rançongiciels accèdent aux ordinateurs par les pièces jointes de courriels d’hameçonnage ou par des hyperliens;
  2. Faites des copies de sauvegarde de vos fichiers importants sur des espaces de stockage externes, et ce, sur une base régulière. Ce sera le seul moyen de tout récupérer si vous perdez vos données suite à une cyberattaque;
  3. Demandez à votre courtier d’ajouter la protection Cyber Risques à votre contrat d’assurance commercial afin de vous protéger contre les intrusions informatiques et la cyber extorsion.

Sur ce, soyez vigilants! On ne voudrait pas que ça vous arrive!

Et si vous avez des questions, n’hésitez pas à contacter votre courtier!

Cet article Protégez votre entreprise des cyberattaques! est apparu en premier sur Blogue Lareau.

Motorcycle Insurance: The Café Racer

Consulting - Wed, 07/05/2017 - 14:31

Whether in fashion, interior design, or architecture, there has been a recent comeback of the vintage look, and now even motorcyclists­ are following the trend. Indeed, you can see more and more café racers on the road.

Café racers got their name from the 1950s–1960s British rock scene, where young people were on the lookout for a fast motorcycle that would stand out when travelling between different cafés in England. Generally speaking, this type of motorcycle overlooks comfort in the name of manoeuvrability and handling.

The main features distinguishing this motorcycle from others is seen in its lack of fairing, its single-seat saddle, its low-mounted handlebars, and its minimalist paint job.

New and used models are equally popular, such as the famous Triumph Bonneville or the Thruxton, which have always maintained their original look. Other models are also commonly converted into café racers, such as the Honda CX500 from the late 1970s and early 1980s, or the Kawasaki KZ1000, which is very popular due to the model’s availability and the fact that it requires few modifications to achieve the desired results.

In the same vein, many specialized workshops have surfaced in Québec to fill the growing demand for this type of motorcycle, each adding their own special touch to revive these antiques that are turning heads.

Insuring a Café Racer: How Much Does It Cost?

Clearly, the costs can vary greatly between an old motorcycle that has minor fixes, a classic model that is completely restored, and a brand-new model of the year. The value of a new motorcycle, with included or additional accessories, is often easier to evaluate than the classic restored motorcycle, which has all its original rare parts. It is therefore preferable, or even necessary, to obtain a professional assessment for older motorcycles that have been redone, or for motorcycles where major modifications were made. Indeed, an assessment will allow owners to properly insure their motorcycles without unnecessary depreciation, while also obtaining a fairer compensation value and dealer estimation of the frame.

There remains specific kinds of motorcycles and modifications that are harder to insure, and therefore require a greater expertise. For example, a motorcycle designed for riding tracks or special events will have very strict conditions in terms of insurance levels, since fewer insurers will be inclined to offer protections. Contrary to this, a classic model that was simply restored will have better conditions and rates.

Do not hesitate to contact us to assess your motorcycle insurance needs. We can offer you a solution that will put you on the right track!

The post Motorcycle Insurance: The Café Racer appeared first on Lareau Blog.

Assurance moto: les café-racers

Nos conseils - Wed, 07/05/2017 - 13:11

Que ce soit du côté de la mode, de la déco ou même de l’architecture, nous avons aperçu un retour en force du look «vintage» dans les dernières années. Même les motocyclistes ont suivi la vague. En effet, on peut apercevoir de plus en plus de café-racers sur les routes.

Les café-racers se nomment ainsi par leur origine rock britannique des années 1950-1960, où les jeunes étaient à la recherche d’une moto rapide et distinguée des autres, afin de se déplacer entre les différents cafés en Angleterre. En général, ce type de moto délaisse le confort pour faire place à la manœuvrabilité et aux sensations de pilotage.

Les caractéristiques principales de ces motos par lesquelles nous les distinguons sont souvent l’absence de carénages, la selle monoplace, les poignées basses et les peintures minimalistes.

On peut retrouver autant de modèles neufs que d’usagés, comme les fameux Triumph Bonneville ou Thruxton qui ont toujours gardé leur look d’origine. On retrouve également des modèles convertis en café-racers, comme le Honda CX500 des années fin 1970 début 1980 ou le Kawasaki KZ1000, étant très populaire vu la facilité d’accès au modèle, ainsi que le peu de modifications, parfois nécessaires, pour arriver au résultat escompté.

Dans la même veine, de nombreux ateliers spécialisés sont apparus au Québec pour combler la demande grandissante pour ce type de motocyclettes, chacun ajoutant sa touche spéciale afin de faire revivre ces antiquités qui font tourner les têtes.

Assurer un café-racer : combien ça coûte?

Les coûts peuvent évidemment énormément varier entre la vieille bécane légèrement retapée, passant par le classique complètement restauré, jusqu’au modèle neuf de l’année. La valeur d’une moto neuve avec ses accessoires inclus ou en sus est souvent plus facile à évaluer que la moto classique restaurée avec les pièces d’origines, qui sont plus rares. Il est donc préférable ou même nécessaire d’obtenir une évaluation professionnelle pour les motos plus anciennes qui ont été refaites ou pour les motos où de grandes modifications ont été apportées. En effet, afin de les assurer convenablement et de ne pas perdre son investissement, une évaluation permettra à l’assureur d’indemniser à une valeur plus juste, en plus de donner à l’assuré une estimation marchande de sa monture.

Il reste que certains types de moto ainsi que certains types de modifications sont difficilement assurables et nécessite une plus grande expertise. Par exemple, une moto destinée à faire de la piste ou des événements spéciaux aura des conditions très strictes au niveau assurance vu qu’un très petit nombre d’assureurs sera prêt à offrir des protections. Au contraire, un modèle classique simplement restauré aura de meilleures conditions avec de meilleurs taux.

Afin d’évaluer vos besoins en assurance en moto, n’hésitez pas à nous contacter. Nous pourrons vous offrir une solution qui tient la route!

Cet article Assurance moto: les café-racers est apparu en premier sur Blogue Lareau.

Statutory conditions

Consulting - Mon, 06/05/2017 - 10:45

After a large claim that is covered, a fire for example, it is not uncommon for the insured to be faced with the issue of rebuilding his home according to the new building standards required by the Régie du bâtiment or the municipality. These new standards are also called statutory conditions, zoning by-laws, or by-laws.

So, if a loss were to occur and you had to rebuild a section of your building, who will pay for the part that isn’t damaged if the city requires it to be demolished because the building no longer respects the mandatory distances?

Who will pay to tear down this part?

And finally, who will pay for the difference between the initial estimated costs and the costs under the new standards?

You’ve guessed correctly… it’s the client!

In terms of insurance

In order to benefit from the replacement cost coverage of a new building, you must respect the following conditions during reconstruction:

– The building must be rebuilt at the same location or an adjacent location;

– The reconstruction timeline must be reasonable;

– The new building must have the same purpose has the previous one;

– The materials used must be the same or be of equivalent quality

Be aware that your indemnity amount could be reduced if there’s a statutory condition that prevents you from respecting any one of the conditions stated above.

Here’s an example:

Following a fire, our client has informed us that he must add a concrete wall that extends beyond the wall between his neighbour and him, even though the initial construction met the standards set out just 15 years ago. The additional cost to erect this wall respecting the new construction standard is $15,000. It was a good thing that we had advised the client to add the statutory conditions clause.

Food for thought:

  1. Does your building meet the new reconstruction by-laws?
  2. Are you protected by a grandfather clause?
  3. Do you know exactly how much additional cost to expect?
  4. Has the zoning changed?

There are endorsements you can add to your insurance contract that will help you mitigate this problem. Do not hesitate to contact us for more information.

The post Statutory conditions appeared first on Lareau Blog.

I’ve never had to file a claim, therefore I will never have to.

Consulting - Mon, 05/29/2017 - 13:05

My Cegep philosophy classes are long behind me. Most of what I had learned back then is a complete blur. Thankfully, I remember bits and pieces of it once in a while. We had studied sophisms, a concept that is pretty vague when you’re 17 years old. But with time, the concept became clearer. To refresh your memory, sophisms are false arguments, a confusing or slightly incorrect argument used for deceiving someone. We’ve all had this kind of reasoning, including myself. However, that type of thought process should be avoided. Today, I will be doing a risky exercise to tie philosophy and insurance together.

“Because it has always been this way, it will always remain this way” is a sophism. A sophism takes into account the past by affirming that something that had always yielded a positive result in the past will always generate the same result going forward. In the insurance industry, such reasoning is rather risky. As an insured, you should never rely on the past to forecast the future — the past is not always an indication of what the future holds. Some insurers will base their insurance decisions on past history, which I strongly advise against. Here are a few mistakes to avoid in order to stay away from useless claims.

“My last water heater hasn’t leaked in 25 years, which means I won’t have to replace my next one before the 25-year mark…” Unfortunately, things are not made as solidly as before. What’s more, the quality of the water is variable from one region to the next and the effect of corrosion can act faster from one environment to another.

“In 15 years, I’ve never had sewer back-up so it doesn’t scare me.” It is important to know that rainfall has been heavier than in the past; we’ve all witnessed it in the past few weeks… And the city’s sewer system may have overspilled because of a new real estate development project.

“I’ve never had an accident in my life so please remove as many coverages as possible” And what if… Because you must always plan for the worst… What if you were in an accident and your car was a total loss? You mustn’t forget to calculate the actual impact of having to replace your car on your finances rather than paying a low premium that you’d be able to afford annually.

“My roof comes with a lifetime warranty and I’m not worried about water damage”… But as all warranties go, there are exclusions and contingencies! The manufacturer is not guaranteed to be in business for as long as his product will last and the warranty does not necessarily cover wear and tear, wind damage, shingles laying, etc.

“It’s okay, it can be dealt with next week. I doubt that there will be a fire this weekend…” Bear in mind that a fire will not warn its victims before striking!

What now?

 Statistics show 1 in 10 or 20 clients will need to file a claim each year. Undoubtedly, your turn will not come every year, just like it would be abnormal for it to come too often. Ken Scott, a Quebec director, played a role a few years back in which his character said these words that ring very true: “The longer things have been going wrong, the closer you are to things going well.” Tell yourself the opposite — the longer things have been “going well”, the closer you are perhaps to “things going wrong”. Once you experience a loss, you will be happy to have been adequately covered even if at the time of purchasing the insurance you had told yourself that the chances of it happening were slim…

 

The post I’ve never had to file a claim, therefore I will never have to. appeared first on Lareau Blog.

Syndicate content